Kraftwerk

Kraftwerk:


Kraftwerk (« centrale électrique » en allemand ) est un groupe allemand de musique électronique qui a joué un rôle prépondérant dans le développement de cette musique. Leurs productions novatrices et expérimentales influenceront par la suite un certain nombre de groupes new wave des années 1980.
La sonorité musicale du groupe se caractérise par la combinaison d'une ligne de basse et d'une rythmique électrique à une harmonique et une mélodie répétitive faite à partir de synthétiseurs, accompagnée de paroles minimalistes chantées ou vocoderisés dans plusieurs langues (allemand, français, espagnol, anglais, russe, japonais). Les albums de Kraftwerk sont encore aujourd'hui d'une modernité étonnante.


Le groupe Kraftwerk a été fondé en 1970 par Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter. Le premier joue du piano et de l'orgue, le second de la flûte et du violon. Ils se sont rencontrés pendant leurs études au Conservatoire de Düsseldorf à la fin des années 1960. Leurs goûts partagés pour la musique expérimentale électronique que la presse de l’époque qualifiera de mouvance krautrock scellent définitivement leur amitié.


Après une première expérience au sein du groupe allemand « Organisation » jugée non satisfaisante, le duo sort les albums Kraftwerk (1971), Kraftwerk 2 (1972) et Ralf und Florian (1973). Leur musique très avant-gardiste rencontre un succès mitigé.


En 1974, le groupe recrute deux nouveaux musiciens, Wolfgang Flur et Karl Bartos, aux percussions électroniques. Très fortement influencé par les vastes complexes industriels de leur région (la Ruhr), le groupe reproduit dans ses disques l’atmosphère industrielle faite de sons répétitifs et sa vision du monde autour du béton des grandes villes et de la modernité technologique.


En novembre 1974, le premier album de la série Autobahn (autoroute, en allemand) est un succès mondial. Soucieux de tout contrôler, les deux membres fondateurs créent leur propre studio d’enregistrement Kling Klang à Düsseldorf en Allemagne.



Ils sortiront par la suite des titres célèbres comme Radioactivity ou Trans-Europe Express, reconnu comme l'un des morceaux les plus samplés, ainsi que le célèbre morceau éléctronique The Robots en 1977.



Après une longue absence, le single Tour de France est sorti en 1983 et signalait un retour en activité du groupe. l'album Electric Café sorti en 1986.



La composition du groupe a beaucoup fluctué à ses débuts, entre 1970 et1974. Florian Schneider et Ralf Hütter ont ainsi travaillé en quatre ans avec une demi-douzaines de musiciens différents, entre l'enregistrement de quatre albums et leurs rares apparitions en concert. Les musiciens les plus notables de cette époque ont été le guitariste Michael Rother et le batteur Klaus Dinger, qui formèrent ensuite le groupe Neu!.

L'apport, l'expérience et l'influence du producteur et ingénieur du son Konrad "Conny" Plank a aussi été significatif. Konrad Plank collaborait alors avec plusieurs groupes allemands d'importance tel que Can, Cluster et Harmonia. Grâce à son travail avec Kraftwerk, son studio de musique près de Cologne est devenu un des studios les plus prisés de la fin des années 1970. Il a produit les 4 premiers albums de Kraftwerk et a cessé sa collaboration avec le groupe après le succès commercial de l'album Autobahn.


Le peintre et graphiste Emil Schult devint un collaborateur régulier du groupe à partir de 1973. Au début, il joua de la guitare basse et du violon électrique. Par la suite, il fut le concepteur visuel et écrivit quelques unes de ses paroles, en plus d'accompagner le groupe lors de ses tournées.

La composition du groupe s'est forgée de manière plus définitive à partir de 1975, pour la tournée de l'album Autobahn. Durant cette période, le groupe se présentait comme un quartet électronique composé des fondateurs Ralf Hütter et Florian Schneider-Esleben, rejoint par les percussionnistes Wolfgang Flür et Karl Bartos. Wolfgang Flür avait déjà rejoint le groupe en 1973 en tant que batteur, dans le cadre d'une apparition télévisée du groupe pour la promotion du 3e album. Cette première apparition de leur instrument de percussion, une batterie électronique qu'ils avaient eux-mêmes construite et joué par Flür, a contribué à les faire remarquer. Bartos et Flür ont aussi collaboré à l'écriture de plusieurs des plus mémorables morceaux de Kraftwerk.



 
Le groupe est connu pour avoir toujours conservé un certain anonymat, apparaissant peu en public. Après des années d'absence de la scène, Kraftwerk a recommencé des tournées plus régulières à partir de 1990. Pendant cette décennie d'absence, le groupe a souvent affirmé qu'il travaillait sur de nouveaux projets, mais ils ne sont jamais arrivés à échéance. Le temps passant entre la sortie des albums, la rareté de leurs concerts, le caractère astreignant et prolongé de leur processus d'enregistrement furent les raisons du départ de Wolfgang Flür et Karl Bartos, lesquels ont beaucoup apporté aux premiers enregistrements du groupe par leurs improvisations.


Suite à ces départs, la composition du groupe a été fluctuante de 1992 à nos jours, mais on compte parmi les nouveaux membres réguliers Fritz Hilpert et Henning Schmitz, qui faisaient déjà partie du personnel du studio Kling Klang.



En avril 2008, le groupe se produit pour une tournée de quatre dates aux Etats-Unis. Florian Schneider ne participa pas à ces concerts. Aucune raison officielle n'a été divulguée. Il fut remplacé par Stephane Pfaffer, également responsable des effets visuels du goupe.
En Septembre 2008, le groupe se produira également pour 5 dates en Europe, puis pour 4 dates en Australie au mois de Novembre.


Les paroles de Kraftwerk traitent de la vie urbaine et technologique de l'Europe de l'après-guerre - voyager en automobile dans Autobahn, en train, utiliser des ordinateurs personnels,... Ses paroles en apparence simplistes montrent une position à la fois candide et critique face au monde moderne, en même temps qu'elles jouent un rôle important dans la structure rythmique des morceaux. Plusieurs morceaux de Kraftwerk expriment la nature contradictoire de la vie urbaine moderne : un forte sensation d'aliénation et une célébration des joies de la vie moderne (et de ses avancées technologiques).

Kraftwerk était un des premiers groupes pop à enregistrer les sons et les instruments électroniques. La plupart des voix présentes dans leur albums sont retraitées par des vocoders ou générées à partir de logiciel de synthèse vocale.



Tous leurs albums à partir de Radio-activity ont été enregistrés en deux versions, allemande pour le marché allemand et anglaise pour le marché international. Les versions allemandes illustrent la volonté de Kraftwerk d'offrir une alternative au modèle dominant anglophone dans la musique pop et rock :


Kraftwerk a aussi expérimenté avec l'utilisation des images générées par ordinateur comme décor pour leurs clips et apparitions sur scène. Sur ces dernières, il y aurait des parties improvisées. Pour certains de leurs concerts, ils ont créé des robots pour les représenter sur le devant de la scène (sur le morceau "The Robots").

Après plusieurs années sans nouveautés, Kraftwerk réapparut à la fin des années 1990 avec Expo 2000, et en août 2003 sortit l'album Tour de France Soundtracks.



Le groupe accorde une grande importance à l'esthétique sonore autant que visuelle, que qui les mets en rupture avec la majorité de groupes de l'époque et leur insuffle beaucoup de modernité. Dès les années 1970, ils s'avéreront être ce que l'on appelle aujourd'hui des designers sonores et visuels. Ils travaillent au groupe et à leur musique en tant que « concept » en cherchant à maîtriser leurs visuels. Leur démarche tient autant de la démarche de l'art contemporain que des avant-gardes représentées alors par des artistes comme Can, Brian Eno ou David Bowie.



La nouveauté dans leur esthétique sonore se trouve dans leur côté "froid" (coldwave) et "plastique" et dans leur apport dans la musique pop des sons proches de ceux générés par les machines et la technologie industrielle

La formation actuelle du groupe (depuis 2008) est la suivante : Ralf Hütter, Fritz Hilpert, Henning Schmitz et Stéphane Pfaffer.

Les techniques introduites et l'équipement développé par le groupe sont désormais courants en musique contemporaine. Beaucoup des DJ de la musique techno réfèrent au groupe comme à une de leurs influences les plus importantes.


Fichier hébergé par Archive-Host.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire