Didier Marouani

Didier Marouani :


Didier Marouani (né en 1953 à Monaco), aussi connu par son nom d'artiste, Ecama, est un compositeur et musicien français et le fondateur du groupe Space.
Il commence sa carrière en composant pour des artistes Français, à l'âge de 17 ans il rencontre Etienne Roda-Gil avec qui il écrit pour Nicoletta et pour Régine. Etienne Roda-Gil le pousse à chanter et lui offre 10 magnifiques textes qu'il mettra en musique et qu'il interprétera sur un album magistral arrangé par Jean-Claude Vannier. Suivront quelques autres 45 tours et trois tournées en première partie de Johnny Hallyday, Claude François et Joe Dassin. En 1977, il fonde le groupe Space avec lequel il va connaître un très grand succès et vendre plusieurs millions d'albums dans le monde entier.




Le premier titre de Space Magic Fly devient no 1 dans le monde entier (no 1 à la fois des ventes et des hit-parades radios et clubs en France, Allemagne, Italie, Espagne, Scandinavie, Amérique du Sud, Angleterre, Union Soviétique ; no 1 des National Disco-Charts aux États-Unis, un contrat est signé avec Casablanca Records), en tout plus de 10 millions de disques vendus en trois albums à travers le monde.
En 1978, il compose la musique (sur des textes de Simon Monceau) de la Comédie musicale "Le rêve de mai". L'album concept porte sur les événements de Mai 1968 et il est publié à l'occasion du 10ème anniversaire des événements, en 1978. Ont participé à ce projet notamment Nicole Rieu, Jean-Michel Caradec et Nicolas Peyrac.
En 1980, Didier Marouani compose l'indicatif de la première émission de science-fiction à la télévision " Temps X " présentée par les frères Bogdanoff.






En juin 1983, la musique de Space étant très connue en Union Soviétique, Didier et son groupe Space sont invités par le Ministère de la culture soviétique pour y donner une série de 21 concerts en Union Soviétique rassemblant plus de 300 000 spectateurs à Moscou dans la salle Olympique, Leningrad et Kiev ; c'est la première fois qu'un artiste français se produit dans des stades aussi grands ; sa tournée est un véritable phénomène musical et social ; les places se vendent au marché noir à $100 ; la musique et les concerts frappent l'imagination des spectateurs qui découvrent l'utilisation des lasers en concert pour la première fois et qui vont transmettre à leurs enfants l'amour de la musique de Space et le respect pour son créateur.



18 ans plus tard, ce sont des jeunes entre 15 et 25 ans qui viennent aux concerts de Space. En 1985, Didier compose et produit un single pour Gloria Gaynor : My Love is Music et If I Need You qui remporte un grand succès en Europe.
En juin 1987, Didier travaille au nouvel album de Space : Space Opera, le 1
er opéra spatial, composé pour synthétiseurs et chœurs. Après 6 mois de négociations avec les Ministères soviétiques de la Culture et de la Défense, il obtient la participation des chœurs de l'Armée rouge, ainsi que celle des chœurs de l'Université Harvard (États-Unis) cet album est acheminé dans la station spatiale soviétique Mir, c'est la première fois qu'un disque est envoyé et diffusé dans l'espace ; ce disque sera satellisé dans l'espace par les cosmonautes soviétiques en signe d'espoir et de communication.

 


Space Opera remporte un grand succès en Europe.
En mai 1991, Didier Marouani et Space retournent en Union Soviétique afin d'y donner 14 concerts ; une équipe de 40 personnes (musiciens, techniciens) accompagnent à Moscou, Leningrad et Kiev celui qui est devenu l'un des artistes français préféré des Soviétiques.
De nombreux effets visuels et une technologie de pointe au niveau des éclairages, des lasers et des projections ont été utilisés. Plus de 200.000 spectateurs font un triomphe au groupe.

Les disques de Didier et Space ont été vendu à plus de 12 millions d'exemplaires en URSS.
Le 21 juin 1992 : après un an de négociations avec le Maire de Moscou et le gouvernement russe, Didier obtient les autorisations nécessaires pour donner le premier concert sur la place Rouge.




10 ans plus tard, son rêve se réalise.
360 000 spectateurs assistent à ce concert gratuit où Didier et Space invitent de très grandes vedettes russes et internationales.

Une scène de 100 mètres de large sur 40 mètres de haut ; un matériel son et lumière impressionnant.
Didier est le premier Artiste à se produire sur la place Rouge.
Par ce concert, la place Rouge est redevenue comme par le passé un lieu ou la fête populaire est possible.



En octobre 2002, Didier Marouani et Space ont donné 3 concerts en Russie

  • Le 25 octobre 2002 à Moscou au théâtre du Kremlin (6 000 personnes) avec la participation de l’Orchestre symphonique de la Présidence.
  • Le 27 octobre 2002 à Saint-Pétersbourg où plus de douze mille personnes ont acclamé le groupe français et son leader.
  • Le 31 octobre à Novosibirsk (5 500 personnes), avec la participation de l’orchestre philharmonique de Novosibirsk.
En 2004 Magic Fly est repris en Angleterre par un groupe anglais « S Club Junior » et se classe durant 8 semaines numéro 1 des ventes en singles et en album.
2007 : Afin de célébrer l'anniversaire de la création de Space (30 ans), Didier Marouani prépare un double album de 23 titres. Anciens titres remixés et nouveaux titres seront présents sur ce double album.
Le 30 octobre 2009 à Erevan en Arménie (11 300 personnes) avec la participation de Djivan Gasparyan l'un des plus grands joueurs de Duduk.
Un projet de concert de grande ampleur allait semble-t'il voir le jour en 2010, durant l'année culturelle Franco/Russe, en effet l’Ambassadeur Russe à Paris avait contacté Didier Marouani pour donner à l’occasion de cette année Culturelle, un grand concert sur le Champs de Mars le 12 ou 13 Juin 2010 pour commémorer la fête Nationale Russe, malheureusement le contrat n'a apparemment pas pu être abouti, ce concert aurait permis de rétablir la place que ce grand artiste mérite également dans son pays natal, il est permis d'espérer que ce jour merveilleux arrivera bientôt enfin .




Vangelis

Vangelis:



Au même titre que le Français Jean Michel Jarre et que les Allemands Klaus Schulze, Kraftwerk et Tangerine Dream, Vangelis est reconnu pour avoir été l'un des pionniers de la musique électronique au cours des années 1970.


Vangelis commence à composer à 4 ans et joue en public dès l'âge de 6 ans. C'est un autodidacte. Il a refusé d'apprendre le piano de manière traditionnelle et il a mené toute sa carrière sans jamais avoir eu de connaissance approfondie du solfège. Il a étudié la musique classique, la peinture ainsi que la réalisation de films à l'Académie des arts d'Athènes.
Début des années 1960, il intègre le groupe jazz The Forminx qui connaît un grand succès en Grèce. Lors des soulèvements étudiants de mai 1968, il vient à Paris et monte le groupe de rock progressif Aphrodite's child avec Demis Roussos et Loukas Sideras. Leur plus gros tube en Europe reste sans conteste Rain and Tears. Le groupe se sépare en 1971 et Vangelis termine seul leur dernier album, intitulé 666, bien que Demis Roussos ait fait quelques apparitions sur les travaux suivants de Vangelis.




Vangelis a débuté sa carrière solo en composant la bande originale du film Sex Power en 1970 réalisé par Henry Chapier puis celles des films du réalisateur français Frédéric Rossif en 1973.
Son premier album solo officiel, Earth, a été réalisé en 1973 sous le nom de Vangelis O. Papathanassiou. Durant l'été 1974, il a répété durant deux semaines avec un autre groupe de rock progressif, Yes, après le départ de leur claviériste Rick Wakeman. Vangelis n'a finalement pas rejoint le groupe, mais est devenu très ami avec le chanteur Jon Anderson avec qui il travaillera ensuite à plusieurs occasions : sur l'album Heaven and Hell, en 1975, Jon Anderson chante le morceau So long ago, so clear ; puis pour la bande originale du documentaire Opéra sauvage, en 1979.



Anderson joue de la harpe sur le dernier morceau (Flamants roses) ; en 1980 il chante sur deux morceaux de See You later. Par la suite, sous le nom de Jon and Vangelis, ils sortiront quatre albums qu'ils écrivent, composent et interprètent : Short Stories en 1980, The Friends of Mr. Cairo en 1981, Private Collection en 1983 et enfin Page of Life en 1991. Le duo semble cependant s'être brouillé dans les années 1990.



Après avoir déménagé à Londres, Vangelis a signé un contrat avec RCA Records, monté son propre studio (Nemo Studios) et a commencé à enregistrer une série de disques de musique électronique qui ont reçu un excellent accueil. La musique du célèbre album sorti en 1975 Heaven and Hell fut utilisée en 1980 comme thème de la série télévisée de la BBC Cosmos (diffusée en 1981 sur Antenne 2) et dans le film de Moïse Maatouk Le Dîner des bustes 1988.




 
En 1982, Vangelis gagna l'Oscar de la meilleure musique de film pour Les Chariots de feu. Le thème principal a culminé en tête des palmarès américains et européens durant un an après avoir occupé la première place pendant une semaine.
C'est durant cette même année qu'il a commencé à travailler avec le réalisateur Ridley Scott ; Vangelis a écrit les musiques des films Blade Runner et 1492 : Christophe Colomb.
Il a également composé la musique de plusieurs documentaires sous-marins du commandant Jacques-Yves Cousteau.



Il reçoit, en 1989, le Max Steiner Award pour l'ensemble de ses bandes originales, et devient membre du Jury pour le Festival de Cannes en 1991.
En 1992, la France l'a fait Chevalier de l'Ordre des arts et lettres. Cette même année-là, il sort la musique du film 1492 : Christophe Colomb de Ridley Scott et compose la musique du film Lunes de fiel de son ami Roman Polanski, en collaboration avec son ingénieur du son Frederick Rousseau.



Mythodea (orchestral plus qu'électronique), sorti en 2001, fut à l'origine écrit en 1993 et fut utilisé par la NASA comme thème des missions vers la planète Mars. En 2004, il revient à la musique de film après plusieurs années d'absence en composant la bande originale du film d'Oliver Stone, Alexandre. Vangelis obtient le WSA Public Choice Award pour la bande originale Alexandre en 2005. En 2007 il compose la bande originale du film El Greco. L'astéroïde de la ceinture principale 6354 porte le nom Vangelis en son honneur.




Tangerine Dream

Tangerine Dream :


Tangerine Dream est un groupe musical allemand formé en 1967. Sa production étant au départ assez différente de ce que la jeune génération pouvait entendre dans les années 70 et parce que ses créations ont été très diverses au fil du temps selon la composition du groupe, cette formation s’est vue attribuer un certain nombre de qualificatifs : musique planante, krautrock, rock électronique, Berlin School, musique électronique, ambient, New Age, etc.
Ce groupe qui reste relativement inclassable pose des problèmes aux disquaires. Selon les magasins, on trouvera ainsi Tangerine Dream classé en "variété internationale", en "rock progressif", en "musique électronique" ou même en jazz.
Caractérisée par l'usage quasi exclusif des synthétiseurs, la musique de Tangerine Dream se rattache au courant de la musique électronique ; cependant les membres du groupe sont fortement en désaccord avec l'étiquette "New Age.


Le groupe est fondé en 1967 par Edgar Froese qui étudie alors la peinture et la sculpture. Le groupe subit plusieurs changements de personnel au fil des années. Froese est le seul membre constant. Le musicien Conrad Schnitzler ou encore le batteur et compositeur Klaus Schulze sont des membres d'une des premières formations. Les compositions du groupe les plus marquantes et influentes sont les suivantes, pour les années 70, Edgar Froese, Christoph Franke et Peter Baumann et pour les années 80, le trio de claviéristes Froese, Christoph Franke dit aujourd’hui Christopher Franke et Johanne Schmoelling.


Un bon nombre de musiciens est passé dans Tangerine Dream et il est difficile de dire ceux qui ont été des membres à part entière, ceux qui n’ont été que des invités et ceux qui n’ont été que des musiciens de concert.
La présence de personnes sur un certain nombre de disques et pendant un temps non négligeable peut faire croire aux fans que celles-ci sont des membres à part entière. Or lorsque ces musiciens quittent la sphère Tangerine Dream on apprend que pour ce dernier, ceux-ci n’étaient que des invités…
A la base de la création du groupe, Edgar Froese est né le 6 juin 1944 (et pas 1946 comme dit dans certaines biographies) à Tilsit (aujourd’hui Sovestsk) alors en territoire allemand de Prusse orientale et aujourd’hui en Russie.
En 1964, se constitue le groupe The Ones. Edgar Froese en est le guitariste. Il est accompagné des musiciens suivant : Wilfried Detlef, Charlie Prince et Mick Auerbach. Ce groupe joue de la musique influencée par les Rolling Stones. En 1965, les Ones sont en Espagne, en Catalogne à Cadaquès port Lligat, pour se produire dans un bar durant l’été. Le hasard fait que ces musiciens ont l’occasion de côtoyer Salvador Dali. Le documentaire de Jean-Christophe Averty intitulé « Autoportrait mou de Salvador Dali » se déroulant à cette époque et dans cette région espagnole permet d’entrevoir l’atmosphère qui régnait ici et fait apparaître Edgar Froese pendant quelques instants. Cette rencontre avec Dali est un véritable choc pour Froese. Elle marquera à vie le futur leader de Tangerine Dream et prédéterminera son cheminement artistique.


En 1966, les Ones produisent un simple dont les titres sont « Lady Greengrass » et « love of Mine ». Les Ones retournent à Cadaquès port Lligat où ils interprètent leur musique d'inauguration de la statue du Christ de Dali. Mais la carrière de ces musiciens allemands ne décolle pas. Complètement désargentés, ils décident de se séparer. En septembre 1967, Edgar Froese fonde un nouveau groupe qui s’intitule d’abord « Minus plus » puis « Tangerine Dream ». Cette formation est composée d'Edgar Froese à la guitare, Kurt Herkenburg à la basse, Lanse Hapshash à la batterie, Volker Hombach au violon et Charles Prince est chargé des vocaux.. Tangerine Dream joue alors du rock psychédélique, notamment au Zodiak Free Arts Lab de Berlin. La stabilité du groupe est loin d’être assurée par des musiciens qui vont et viennent. Des changements de personnel sont donc inévitables. Vont donc passer dans Tangerine Dream Paul Wheeler, Sven-Ake Johansson, Al Akhbar, Steve Leuwen, et Nik Turner.


Avec la rencontre avec Dali, Froese sait où il veut aller. Pour parfaire ses connaissances musicales, il suit des cours de composition dispensés au Conservatoire de Berlin. Son professeur est Thomas Kessler, compositeur de musique contemporaine de renom. Les étudiants ont à leur disposition un véritable studio surnommé « le beat studio » où ils peuvent répéter et enregistrer leurs recherches musicales et sonores. Dans la série de documentaires de la télévision allemande consacrée à la musique populaire de son pays « Kraut und ruben » on peut voir Tangerine Dream et Thomas Kessler en plein travail. C’est dans ce « laboratoire » que Froese va rencontrer en 1969 Steve Joliffe et Klaus Schulze. Un nouveau Tangerine Dream émerge pour quelques mois. Il devient un groupe de musique d’avant-garde. Cet aspect musique contemporaine s’accentue avec le départ de Steve Joliffe et son remplacement par Conrad Schnitzler.



Un premier disque sort en 1970. Les musiciens qui participent à cette création le sont soit comme compositeurs (Klaus Schulze, Edgar Froese et Conrad Schnitzler) ou comme simples interprètes (Jimmy Jackson et Thomas Keyserling). Étrangement, ces deux derniers n'apparaissent pas sur la pochette du disque original. Cet « electronic meditation » est davantage le souhait du producteur que celui du groupe. Il a en outre la particularité de ne pas être interprété sur des instruments électroniques. Il faudra attendre que le synthétiseur, tout juste inventé, soit à la portée financière des musiciens allemands pour que Tangerine Dream puisse prendre son envol créatif.
Des dissensions se font jour à l’intérieur du groupe et Klaus Schulze s’en va. Il est remplacé par Christoph Franke. Conrad Schnitzler part à son tour et il est remplacé par Steve Schroyder, futur fondateur « d’Augenstern ».
En 1971, un nouveau disque paraît, « Alpha centauri ». Le personnel de cette production est composé de Edgar Froese, Christoph Franke, Steve Schroyer, Udo Dennebourg et Roland Paulyck.
Steve Schroyer quitte ensuite Tangerine Dream et il est remplacé par Peter Baumann. « Zeit », nouvelle création voit le jour en 1972. On découvre les musiciens suivants sur la pochette du disque : Edgar Froese, Christoph Franke, Peter Baumann, Florian Fricke, Steve Schroyder, Christian Vallbrecht, Jochen Von Grumbcow, Hans Joachim Bruene et Johannes Luecke.
De 1973 à 1977, Tangerine Dream est composé d'Edgar Froese, Christoph Franke, Peter Baumann.
A noter en 1973 la sortie de « Phaedra », puis un de leurs albums les plus aboutis : « Rubycon » en 1974. Le groupe fera une prestation de concert exceptionnelle à la cathédrale Notre-Dame de Reims.
C'est à cette époque que sortira le premier album solo d'Edgar Froese : « Aqua ».




En 1975, le groupe réalise l'excellent "live" quasi-improvisé: "Ricochet"; Sorte d'invitation ou ode pour un voyage intersidéral. Au cours de cette même année, Peter Baumann se met en congé du groupe pour aller à Katmandou. Il est alors remplacé pour la tournée en Australie par Michael Hoenig.
En 1977, Peter Baumann quitte Tangerine Dream pour mener une carrière solo. Ce départ n’est pas sans poser des problèmes à la formation allemande qui est amenée à effectuer un de ses virages musicaux. Steve Joliffe et Klaus Krieger rejoignent le groupe. En 1978, un disque est produit, « cyclone ». Il n’est pas bien accueilli car, pour une fois, il y a une chanson sur une création de Tangerine Dream. Le relatif échec de cette production conduit les musiciens à revoir leur évolution. Steve Joliffe quitte le groupe. En 1979, un nouveau disque paraît, "force majeure", qui semble bien de transition même s’il est plutôt bon. Le musicien Edvard Meyer est remercié pour sa participation à ce disque. Klaus Krieger s’en va ensuite.
En 1980, Tangerine Dream fait sa révolution en intégrant Johannes Schmoelling. Le son du groupe change et les productions s'enchaînent. En 1985, Tangerine Dream sort un disque intitulé Le Parc où apparaissent en plus du trio Froese, Franke et Schmoelling, le musicien Robert Kastler et aux vocaux, Katja Braunels et Clare Torry. Cette dernière est connue pour ses vocaux sur le disque de Pink Floyd, The Dark Side of the Moon.
Durant cette période la musique de Tangerine Dream sert de générique à diverses émissions : le disque "Rubycon" à "l'Avenir du Futur" présenté par Robert Clarke ; le titre Monolight extrait "d'Encore", à "Objectif demain" et également le titre "beach scène" de l'album "Thief" pour "Planète Bleue" de Laurent Broomhead.



les tournées et le rythme de travail en studio pour enregistrer les disques et les bandes originales de films sont telles qu’elles finissent par faire craquer Johannes Schmoelling qui quitte le groupe en 1986.
Son remplacement ne tarde pas à s’effectuer. C’est Paul Haslinger, jeune musicien autrichien, qui en 1986, prend la place laissée vacante. Le rythme de travail de Tangerine Dream reprend de plus belle. La formation allemande produit un disque intitulé Tyger où des titres sont chantés par Jocelyn Bernadette Smith. Elle sort la musique du film "Shy people" avec des chansons interprétées par Jacquie Virgil et Diamond Ross. Elle produit également la bande originale du film Legend, destinée aux Américains, qui comprend un titre chanté par Jon Anderson du groupe Yes. Ce même disque comprend aussi la chanson Is Your Love Strong Enough?, composée et interprétée par Bryan Ferry, alors que ce dernier est accompagné à la guitare par David Gilmour du groupe Pink Floyd.


En 1988, c’est au tour de Christoph Franke de jeter l’éponge se plaignant de ne plus avoir de vie privée. Ce qui n’est au départ qu’une pause devient un départ définitif. Franke se lance dans une carrière solo et prend le prénom Christopher. Edgar Froese prend très mal ce départ, y voyant en quelque sorte une trahison. Il éprouve depuis un fort ressentiment à l’égard de Christopher Franke.
Tangerine Dream réduit à un duo Edgar Froese et Paul Haslinger continue son bonhomme de chemin. La musique du groupe continue à évoluer. Le musicien Ralf Wadephul apparaît en 1988 en composant un titre sur le CD Optical Race, mais, alors qu'il aurait pu devenir un nouveau membre du groupe, il ne reste pas après la tournée suivante aux États-Unis… En 1989, alors que le groupe allemand produit un second disque, apparaît un nouveau musicien dans la sphère de Tangerine Dream. Il s’agit du fils d’Edgar Froese, Jérôme Froese qui joue de la guitare sur un morceau de l'album. Une sonorité nouvelle apparaît également sur ce nouveau disque, en l’occurrence le saxophone de Hubert Wadner. Si ce dernier n'est pas destiné à rester au sein du groupe, le saxophone va devenir un instrument que l'on va souvent rencontrer dans les productions de Tangerine Dream.
En 1990, Paul Haslinger quitte Tangerine Dream. En 1992, il rejoindra Peter Baumann et John Baxter pour fonder le très éphémère groupe Blue room.



Tangerine Dream devient un tandem Froese père et fils. En 1991, ces derniers composent I Just Want To Rule My Own Life Without You, pour un épisode de la série Tatort. Chi Coltrane chante ce titre. Chose étonnante, ce chanteur apparaît comme le compositeur de ce titre alors qu'il n'en est que l'interprète. En 1992, le groupe allemand fait paraître un disque intitulé Rockoon ou apparaît pour la première fois Zlatko Perica. En 1993, sort 220 Volt ou aux Froese et à Perica vient s'ajouter la saxophoniste Linda Spa. En plus de ce disque sort un simple où Jayney Klimek chante sur le titre Dreamtime. Ce dernier est uniquement instrumental sur 220 volt.
Au cours des années 90, Linda Spa et Zlatko Perica apparaissent aussi bien sur des disques de concert que des albums de studio. On les voit en photos sur les pochettes de disques en compagnie des Froese. Cela ne leur donne pourtant pas le statut de membre. Lorsque Linda Spa s'étonne d'être absente de certaines productions, Edgar Froese lui rappelle qu'elle n'est qu'une invitée, même si elle a fait quelques compositions. Les membres de Tangerine Dream sont uniquement les Froese. Les productions musicales continuent à évoluer, certaines se rapprochent de la musique techno. Tangerine Dream crée sa propre maison de disques.


D'autres musiciens apparaissent durant cette même période. Leur statut de musicien invité est plus évident pour les fans. On voit aussi leurs noms aussi bien sur disques enregistrés en public que des albums. Ce sont : Mark Hornby, Gerald Gradwohl et Emil Hachfeld.
En 2001, de nouvelles têtes apparaissent pour le concert à Varsovie. Il s'agit d'Iris Kulterer qui deviendra Iris Camaa, de Jacqueline Hechavarria et de Kasia Stankiewicz. Des trois, on retrouvera seulement Iris Camaa en d'autres occasions. Sont aussi présents à cette prestation publique les Froese et Gerald Gradwohl.
Le duo Edgar et Jérôme Froese produit beaucoup au cours de cette nouvelle décennie. Si Jérôme se sent proche de la musique techno, Edgar conçoit des projets concepts qui vont devenir autant de concerts. Tangerine Dream enregistre ainsi en 2002 le premier volet de « la Divine comédie de Dante, « Inferno ». Les membres sont les suivants : les Froese, Iris Kulterer qui devient peu à peu une habituée des disques de Tangerine Dream et les voix de Jayney Klimek, Barbara Kindermann, Claire Foquet, Jane Monet, Bianca Acquaye et Bry Gonzales. L’accueil des fans est mitigé pour cette production où interviennent entre autres des voix lyriques. Les autres volets seront également peu appréciés par les fans. En 2004 sort « Purgatorio », suite de « la Divine comédie ». Les musiciens sont les suivants : les Froese, Iris Kulterer et les voix de Barbara Kindermann, Tatjana Kouchev, Saskia Klumpp et Bianca Acquaye. Cette dernière va devenir la seconde épouse d’Edgar Froese. Sa première compagne Monique Froese connue aussi sous les noms de Monica Froese ou Monika Froese, étant décédée en 2000.



En 2005, Tangerine Dream sort « Jeanne d’Arc - la révolte éternelle ». Les musiciens présents sont les Foese, Iris Camaa, Linda Spa qui ne participait plus aux productions de groupe depuis quelques années et un nouveau venu, Thorsten Quaeschning, qui va prendre de plus en plus de place au fil du temps au sein du groupe du fait qu’il compose. En 2006 sort un DVD intitulé Live at the Tempodrome Berlin 2006. Ce concert est organisé en septembre 2006 pour fêter les 40 ans de Tangerine Dream. Les musiciens sont les suivants : les Foese, Iris Camaa, Thorsten Quaeschning, Linda Spa, le revenant Gerald Gradwohl (que l’on verra lors des concerts à venir), et Bernhard Beibl, nouvel arrivant amené à participer à d’autres productions d’albums et de concerts. Jérôme Froese apparaît pour la dernière fois sur une création de Tangerine Dream car il va bientôt partir.
« Paradiso » qui clôt la suite de Dante paraît en 2006. Jérôme Froese n’est plus là et les fans se posent des questions. Pour beaucoup d’entre eux l’absent s’est mis en congé de Tangerine Dream mais va revenir. Sur la pochette de Paradiso apparaissent Edgar Froese, Thorsten Quaeschning, Linda Spa, Iris Camaa, pour les voix, Jayney Klimek, Barbara Kindermann, Tatjana Kouchev, Saskia Klumpp, Bianca Acquaye et Fridolin Johann Harms ; pour les voix d’enfants le Brandenburg Symphonic Orchestra (direction Michael Helmrath) et finalement les Chœurs du Neuer Kammerchor de Potsdam (sous la direction d'Ud Joffe).
Les fans doivent se rendre à l’évidence, comme a dû le faire sûrement avec beaucoup de difficultés Edgar Froese : Jérôme Froese poursuit une carrière solo. Les idées divergentes sur l'orientation à prendre par Tangerine Dream sont sûrement à l'origine de cette séparation, voire de cette rupture. Tangerine Dream continue son chemin, en produisant toujours autant. En 2007, sort le nouveau disque « Madcap’s Flaming Duty ». C’est un choc pour les fans de la première heure devant un album complet de chansons. Les avis sont très tranchés : pour certains, c’est très mauvais mais, pour d’autres, les opinions sont bien plus nuancées. Les musiciens sont les suivants : Edgar Froese, Thorsten Quaeschning, Bernhard Beibl, Linda Spa, Iris Camaa, Gynt Beator, Thomas Beator, et aux vocaux Chris Hausl.
Dans la foulée, Tangerine Dream produit « Springtime in Nagasaki ». On a alors l’impression de retrouver un Tangerine Dream du passé où le séquenceur était roi. Les deux musiciens compositeurs de cet album sont Edgar Froese et Thorsten Quaeschning.
En 2008, après la sortie d’autres disques, on peut avoir le sentiment qu’Edgar Froese et Thorsten Quaeschning sont les têtes pensantes du groupe et que Linda Spa, Iris Camaa, Bernard Beibl, Gerald Gradwohl et même Zlato Perica (qui a refait son apparition en 2005 lors d’un concert) ne font que les accompagner lorsque Tangerine Dream en a besoin.


La nombreuse production de Tangerine Dream est loin d'être monolithique. Sa variété tient autant par la diversité de ses membres qui se sont succédé au fil du temps que par le souci de cette formation musicale à se renouveler.
Les divers virages de Tangerine Dream ne font pas l'unanimité parmi les fans. Certains, les plus âgés, s'en tiennent à apprécier les années 70 et 80 alors que d'autres plus jeunes méconnaissent ce qu'apprécient leurs aînés et préfèrent ce qui est plus récent. Plus rares sont ceux qui aiment tout.
Edgar Froese divise le cheminement de son groupe en diverses périodes : the pink years (1970-1973); the Virgin years (1974-1984); the blue years (1984-1988); the melrose years (1988-1990); The Seattle years (1991-1995); the TDI years (1996-2005); the Eastgate years (depuis 2005).


Entre 1970 et 2008 Tangerine Dream a vendu 27 millions de disques.





Klaus Schulze

Klaus Schulze :



C'est pour moi un des plus grand précurseur de la musique electronique au même rang que Kraftwerk , Jean Michel Jarre et Tangerine Dream ( dont il en fera d'ailleurs partie ) :

Percussioniste, puis compositeur, producteur et interprète de musique électronique, actif à partir de 1967. L'influence de Klaus Schulze sur le rock allemand, puis français et international, est singulier.



Précurseur et moteur du space rock allemand (voir Allemagne), il est un des premiers musiciens à expérimenter sur le nouvel instrument qu'est le synthétiseur, dont il utilise plusieurs modèles avec brio. Marqué par Wagner, le rock psychédélique, la musique répétitive et d'avant-garde, il est vite suivi par de nombreux émules. En introduisant des percussions électroniques dans sa musique, il devient avec KRAFTWERK le grand pionnier de la musique entièrement électronique, et avec TANGERINE DREAM le principal artiste du courant de "musique planante" très populaire en France à partir de 1975.


Productif, Schulze s'oriente peu à peu vers une musique originale qui intègre opéra allemand, rythmes et sons étranges alors que dans les années 1990 un culte de son Suvre se développe parmi les musiciens de techno, de trance, et de toutes les musiques "ambient" en vogue.
Après avoir pratiqué la guitare classique, joué du skiffle à la basse et participé à la guitare à un groupe de rock, les Barons, Klaus Schulze entreprend des études de philologie et de composition de musique moderne à l'université de Berlin.


Il étudie Ligeti, Dahlhaus, Winkel mais fait partie de la scène rock marginale nocturne. Il monte sur scène en 1967-68 avec le trio PSY FREE (qui porte bien son nom), où il joue de la batterie dans un style très libre.



Mais dès 1968 il enregistre déjà des bandes à l'orgue, auquel où il ajoute déjà des sons de synthétiseur. A la fin de l'année il remplace le batteur de TANGERINE DREAM et joue de nombreux concerts, notamment en première partie de JIMI HENDRIX au Palais des Sports à Berlin. Leur premier album Electronic Meditation est enregistré en octobre 1969. Schulze remplace le batteur absent d'AMON DÜÜL II au festival d'Essen fin 1969. Ce jour-là EDGAR FROESE lui reproche d'avoir utilisé des "bandes d'orgue étranges" lors de la prestation pourtant "avant-gardiste" de TANGERINE DREAM.


Schulze quitte le groupe au printemps 1970 avant la sortie du disque et convaint MANUEL GÖTTSCHING et HARTMUT ENKE de fonder ASH RA TEMPEL en abandonnant le blues pour créer le "space rock".


 Après beaucoup de concerts et d'expériences sur bande, le premier album est enregistré en mars 1971, mais à part quelques interventions supplémentaires Klaus est toujours à la batterie et le style "free rock" improvisé n'a pas encore fait place aux sons "cosmiques".


Trois autres enregistrements publiés plus tard sous le nom de Private Tapes sont disponibles.
Schulze commence sa carrière solo au printemps 71 et produit son Irrlict, des vagues de sons électroniques, en avril 1972.


 Il participe avec Göttsching à l'album Tarot avec d'importants avant-gardistes allemands et grave avec lui le Join Inn d'ASH RA TEMPEL. Il ne monte seul sur scène qu'en 1973 et enregistre le double 33 tours Cyborg, puis Picture Music (sorti en 1975), toujours de longues plages électroniques monotones. Il participe à cinq albums des COSMIC JOKERS avec différents musiciens (réédités par Spalax comme tous les disques de cette époque pour la marque Ohr), participe à une foule de disques, joue avec un TANGERINE DREAM converti à l'électronique et signe avec les disques Virgin.


Avec Blackdance (1974), Klaus Schulze trouve son véritable style. Avec une boîte à rythme et une prolifération de sons électroniques hypnotiques, il crée le véritable "space rock" attendu à une époque très propice pour ce son évocateur d'évasion.


Mais Timewind en 1975 est son grand chef-d'oeuvre (Bayreuth Return), récompensé par le Grand Prix International du disque en France, où il tourne pour la première fois. Il y introduit l'utilisation de séquenceurs et de nouveaux synthétiseurs aux sons extraordinaires mais sa vision musicale, surtout, est d'une remarquable originalité, hypnotique et réellement cosmique. Avec Tangerine Dream, Schulze est au cur de la vague "space rock", ou rock planant électronique, qui précède la nouvelle vague punk (voir Allemagne).


Il quitte Berlin et achète un domicile dans le village de Hambühren, près de Hannover, qu'il équipe de studios, atelier vidéo, bureaux, scène, etc. Il installe son studio géant personnel chez lui, en pleine forêt, et en décembre achète un des rares exemplaires fabriqués du nouveau et colossal Big Moog, devenu légendaire, qui l'accompagnera désormais sur scène comme un paravent de clignotants et de boutons.


En 1976 il grave Moondawn, nouveau succès, où il utilise cette fois la batterie de HARALD GROSSKOPF et forme GO avec STEVE WINWOOD, STOMU YAMASHTA et MICHAEL SHRIEVE avec qui il enregistre un album, puis le double Go Live From Paris. En 1977 il publie la bande son du film pornographique Body Love sur disque (un succès américain, suivi de Body Love Vol. 2) et réalise la musique de plusieurs films.Puis c'est le second Go, Go Too. Sans arrêt en tournée, il publie Mirage en 1977, puis "X" en 1978.


Après Dune en 1979, il s'essouffle créativement et se consacre à diverses et nombreuses productions de sa nouvelle marque IC, tout en publiant un premier album sous le nom de RICHARD WAHNFRIED. Il ouvre une école de synthétiseur dans son domicile. En 1980 c'est le double ...Live... puis Dig It, son premier disque numérique.


 Au cours des années 80 il continue les musiques de film, publie un CD par an (en plus de trois autres Richard Wahnfried), produit différents disques (dont ALPHAVILLE en 1988), collabore à des dizaines de projets (album Babel avec ANDREAS GROSSER en1987), et se produit dans toute l'Europe, en particulier à l'est. Il devient extrêmement populaire en Pologne et cesse de tourner en 1983.


Klaus Schulze ferme ses deux marques de disques et se consacre entèrement à ses enregistements multiples. Il est découvert aux Etats-Unis avec son "Pioneer of Space" diffusé sur soixante radios et se produit à Dresde quelques semaines avant la chute du mur de Berlin. En 1990 un double CD en public immortalise cet évènement et il recommence ce concept avec trois disques enregistrés lors de concerts exceptionnels à Londres à la cathédrale de Cologne. Après vingt-six albums solo sous son nom, c'est le remarquable coffret de dix CD en édition limitée Silver Edition, très bien accueilli.


Après des années d'absence en France, peu après la bande du film Le Moulin de Daudet et deux concerts à l'ambiance exceptionnelle il est accueilli par François Mitterrand et le Roi Albert 1er. Courtisé par des musiciens anglais de la vague techno qui veulent enregistrer avec lui, il enregistre Trancelation (suivi de Trance Appeal en 1996) dans un style "dance music" sous le nom de (Richard) Wahnfried, suivi de Klaus Schulze Goes Classic où ses racines allemandes sont particulièrement sensibles. C'est ensuite Totentag, de l'opéra, puis Das Wagner Desaster en public à Paris et Rome.


Après In Blue en 1995, il publie une rétrospective d'enregistrements inédits, un somptueux coffret de dix CD en édition limitée, Historic Edition. Ces disques sont particulièrement bien accueillis, et sont suivis de six albums des débuts d'ASH RA TEMPEL. Après Are You Sequenced?, il publie pour son cinquantième anniversaire un coffret de vingt-cinq albums, Jubilee Edition, très vite épuisé (comme les deux coffrets précédents). En 1998 il avait publié pas moins de soixante dix-huit albums sous son nom, jouant sur un total de cent trente sept disques.



Dans la foulée, il publie deux nouveaux coffrets (respectivement dix et six CD) de listening music sous le titre de Contemporary Works... plus un triple live en 2001 sous le titre de Live @ Klangart.




En 2006, il reçoit le Qwartz d'Honneur au Cirque d'Hiver Bouglione lors de la Cérémonie des Qwartz 2.


En juin 2008, en association avec la chanteuse Lisa Gerrard du groupe Dead Can Dance Klaus Schulze sort l'album Farscape.


Kontinuum, le nouvel album de Klaus Schulze est officiellement sorti en juin 2007 sur Synthetic Symphony, distribué par SPV.



Rééditions sur Revisited Records / SPV. Revisited Records, filiale de InsideOut Music (distribué par SPV), qui a également rééditée 19 albums de Popol Vuh) a entamé un plan de réédition de la majorité les albums de Klaus Schulze, presque tous pourvus de bonus plutôt conséquents. Au final TOUT les albums de Klaus Schulze, remasterisés par Klaus Schulze himself, seront disponibles au format CD sur Revisited Records, soit environ une centaine de références.



Deux nouvelles rééditions annoncées pour le 25 février 2008 : Virtual Outback ( de Contemporary Works II) (avec un bonus track) et Live @ KlangArt (un double cd avec Live @ KlangArt 1 et Live @ KlangArt 2, ainsi que, en bonus, un nouvel enregistrement de 12:23).