Giorgio Moroder

 
 
Giovanni Giorgio Moroder, né Hansjörg Moroder le 26 avril 1940 à Ortisei dans le Val Gardena au Trentin-Haut-Adige, en Italie.
Giorgio Moroder est remarquablement polyvalent. auteur/compositeur/producteur /concepteur, il est surtout connu pour sa musique très récompensé et au palmarès impréssionnant .
 
 Moroder a travaillé avec plusieurs des plus grands noms de la musique notamment Barbra Streisand, Elton John, Cher, Roger Daltrey, Janet Jackson, Freddy Mercury, David Bowie et Pat Benatar. Et parmi ses singles à succès  Hot Stuff de Donna Summer et I Feel Love,  Danger Zone  de Kenny Loggins, Irene Cara "Flashdance (What a Feeling!), Blondie Call Me.
 


Ses nombreuses musiques de film incluent trois lauréats du prix de l'Académie. Le premier est venu pour sa participation sur le film Midnight Express. Ensuite  sur le célébre film « Flashdance », avec  " What a feeling " interprêtée par Irene Cara. Et puis la chanson très romantique, « Take My Breath Away » tiré du film, Top Gun, a apporté son troisième prix.

 
 
Les compositions de Moroder ont également étaient entendues sur de  nombreux autres films à succès tels que American Gigolo, Cat People, Superman III, Scarface, Rambo III et Beverly Hills Cop II. Et sa musique a attiré plusieurs autres prix dont quatre Golden Globes, et plus de 100 disques d'or et de platine. En février 1998, il a reçu son troisième Grammy pour la chanson  interprété par Donna Summer  I Feel Love.
 


La créativité musicale de Moroder a également touché les domaines du sport. Il a écrit les chansons « Reach Out » pour les Jeux olympiques de Los Angeles 1984, « Main dans la main » pour les Jeux olympiques de Séoul 1988 et le monde entier a chanté sur la chanson « UN ESTATE ITALIANA » pour la Coupe du monde 1990 en Italie.




Toujours en évolution en tant qu'artiste, Moroder continue à trouver de nouveaux débouchés pour ses talents de musicien. La plus récente est la scène. Il est actuellement impliqué dans les productions de la scène musicale. L'un est inspiré par Flashdance-le populaire film mettant en vedette Moroder Oscar Award-winning succès de la chanson, "Flashdance (What a Feeling!).



 





Ces dernières années, Giorgio a été active dans le monde de l'art à travers ses créations entre photographie et imagerie assistée par ordinateur. Ses premiers travaux étaient des portraits crée par ordinateur mettant en scène ses d'amis, tels que Donna Summer et sa famille comme sa femme, Francisca.  L'été dernier, Giorgio a présenté une exposition de ses créations d'art multimédia avec son frère, Ulrich Moroder, au MUSEUM OF MODERN ART à Bolzano, Italie.
Giorgio a produit un documentaire pour la télévision allemande intitulée le monde dans lequel nous vivons, et il a restauré un  classique du  film muet ......... le célébre film de Fritz Lang, Metropolis . 



Daft Punk


 


Depuis le feu d’artifice Homework (Virgin) en 1997, les deux Parisiens Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont réinventé la scène électro française.
 
 Les deux compères se sont connus sur les bancs du lycée Carnot à Paris en 1987 et fondent cinq ans plus tard un groupe de rock, répondant au doux nom de Darlin’,d’après la chanson des Beach Boys, Brian Wilson figurant en bonne place dans leur panthéon personnel, au même titre qu’Arthur Lee.
 

 
 
 La formation, entre autres complétée par le futur Phoenix Laurent Brancowitz, fait suffisamment parler d’elle dans le microcosme indie pour épater les franco-anglais de Stereolab, qui lui offrent de placer deux chansons sur un split 45 tours (outre les deux groupes, on y trouve Huggy Bear et les Parisiens de Colm) réalisé sur leur label Duophonic. Le single devient rapidement un objet culte tandis qu’un journaliste du défunt hebdomadaire Melody Maker qualifie les deux morceaux de Darlin’ (la reprise éponyme et un OVNI noisy baptisé Cindy So Loud) de “punk débile” (en anglais, daft punk).
 
 
Les deux copains s’en amusent d’autant plus que dès la fin 1993, ils vibrent lors des premières raves organisées à Paris. La techno les subjugue à un point tel qu’ils remisent leurs guitares au fond d’un placard et se penchent sur des samplers.
 
Rebaptisés… Daft Punk, ils séduisent l’un des labels référents en la matière, les Écossais de Soma, où ils publient en 1994 un maxi minimal et percutant, fort de trois morceaux : The New Wave, Assault et Alive. Sans le savoir, le tandem amorce alors la french touch, en compagnie de Laurent Garnier et autres Étienne de Crécy. Aussi doués pour le business que pour trouver des rythmes entêtants souvent agrémentés de mélodies addictives, Daft Punk sort un premier chef d’œuvre dès 1995, l’irrésistible Da Funk, mélange iconoclaste de glam et d’electro.
 

 
 
 C’est l’explosion : Bangalter et Homem-Christo sont adoubés par les Chemical Brothers, la presse britannique leur déroule le tapis rouge et leurs compatriotes restent interdits face à tant d’insolence.
 
 
 
Les deux amis décident alors de dissimuler leur visage derrière masques et autres casques, créent leur propre maison d’édition et signent chez Virgin un contrat de licence, qui leur laisse une entière liberté artistique, un exemple que suivront nombre de leurs compères, Air en tête.
 
 
 
Le 7 janvier 1997, suite à la sortie du single Da Funk, les Daft Punk sortent leur premier album Homework qui rencontre le succès : 2 millions d'exemplaires se vendent dans 35 pays différents en l'espace de 2 mois, caractérisé par la house et les rythmes techno inspirés de la scène de Chicago. La presse généraliste et spécialisée fait l'éloge de l'album. Le titre Around the World entre dans les charts européens et nord-américains. La réalisation du clip, dans lequel on voit plusieurs groupes de personnages danser au rythme des différents instruments, est signée par le réalisateur Michel Gondry, et la chorégraphie par Blanca Li.


Le groupe acquiert dès lors une notoriété internationale, et entame sa première tournée mondiale de quarante dates d'octobre à décembre 1997.

1997 est aussi l'année où Guy-Manuel de Homem-Christo lance son propre label Crydamoure.

En 2001, quatre ans après Homework, un 2e album intitulé Discovery est produit. À la fois encensé et critiqué, il entraîne des controverses aussi bien chez les fans de la première heure que chez les journalistes. Orienté Pop voir Disco, l'album s'inspire de certaines références culturelles des années 1980. Il laisse aussi une place aux voix vocodées : Thomas et Guy-Manuel s'essayent au chant sur plusieurs titres tels que Digital Love et Harder, Better, Faster, Stronger. Le succès est au rendez-vous. Le groupe obtient deux nominations au Grammy Award en 2001.
 
 
 
Un peu plus tard, les critiques s'apaisent et l'album fait la quasi unanimité lorsque sort au cinéma le film d'animation Interstella 5555: The 5tory of the 5ecret 5tar 5ystem réalisé au Japon par Leiji Matsumoto, créateur de Albator. Le public découvre, par delà les images, une bande son imaginative et ludique, qui n'est autre que l'album Discovery.
 
 


En 2003 sort Daft Club, un album composé uniquement de remixes du groupe par divers artistes comme Basement Jaxx ou Slum Village ou par Daft Punk eux-mêmes, il compile Homework et Discovery.
 
 
 
Le 14 mars 2005 sort le 3e album des Daft Punk, Human After All. Alors que le duo revendique par le titre de l'album (Humains après tout en français) son « humanité », l'album semble évoquer la fuite de notre société vers la plus complète déshumanisation. Certains titres comme The Prime Time of Your Life, Television Rules the Nation ou encore Technologic, dégagent quelques clés du concept de Human After All, que les deux musiciens refusent de commenter : « Notre album parle de lui-même » est leur seule déclaration à ce propos.
 

 
Cependant, l'album reçoit un accueil contrasté et déchaîne une nouvelle fois les critiques d'une partie des fans qui regrettent Homework. Certains le trouvent trop répétitif, sans nouveauté (Robot Rock est ainsi une simple reprise du thème de la chanson Release the Beast de Breakwater) et sans vie (ce qui contraste avec le titre de l'album) alors que d'autres le voient comme un concept album fabuleux et novateur.
À noter qu'un album intitulé Human After All: Remixes est sorti au Japon en 2005 et présente des remixes uniques de Human After All.
 
 
 
À l'occasion du Festival de Cannes 2006, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo présentent au public leur premier long métrage (1 h 14), Daft Punk's Electroma, qui raconte la quête d'humanité de deux robots.
 

 
 
La particularité commerciale de ce film est de n'être diffusé que dans un seul cinéma en France, le Cinéma du Panthéon à Paris, le samedi à minuit, et ce pendant un an. Le principe est en fait le même que celui des Midnight movies où des films expérimentaux étaient diffusés à minuit aux États-Unis dans les années 1970.
 
En 2007 sort l'album Alive 2007, qui leur vaudra une nomination dans la catégorie Spectacle Musica de l'année aux Victoires de la musique. Ils enregistrent le live à Paris-Bercy le 14 juin 2007 ce dernier comporte 12 titres remixés des 3 albums studio.
 
 
 
Le 4 mars 2009, il est annoncé que le groupe a été sélectionné pour composer la bande son de Tron : L'Héritage en remplacement de Clay Duncan et en reprenant une partie de son travail, et avec l'aide du studio de Hans Zimmer, la suite du film de science-fiction Tron sorti en 1982.
 
 Selon l'actrice Olivia Wilde (jouant dans le film), les Daft Punk devaient faire une apparition: « Ils sont venus sur le plateau », explique-t-elle, « et ils vont sans doute participer à la promotion du film, en particulier au Comic-Con ». Ceci a été confirmé lors de la diffusion de 7 minutes du film au Comic-Con 2010 où l'on pouvait les voir ainsi que leurs costumes créés pour l'occasion.
 
 
 
Au Comic-Con 2009, il fut annoncé que le duo avait composé vingt-quatre titres pour la musique de ce film.
 
 
 
 
 
Fin juillet 2009, Pitchfork, website américain traitant de l'actualité de la musique indépendante, affirme que les Daft Punk seraient tellement satisfaits de leur musique produite pour Tron : L'Héritage qu'ils envisageraient une tournée. Toujours fin juillet 2009, un extrait de cette bande son, ce qui s'apparenterait à un thème principal est mise en ligne par plusieurs sites de partage de musique et ainsi disponible à l'écoute gratuitement. Ces musiques sont finalement des faux.
 
À l'occasion du Comic-Con 2010, 6 morceaux officiels de la bande originale du film furent dévoilés et mis en ligne par plusieurs sites spécialisés. Walt Disney Records a officialisé comme premier single de la bande originale, le morceau Derezzed, en postant un clip vidéo. Suivent les titres Outlands et Tron : L'Héritage (End Titles). L'album, finalement composé de vingt-deux pistes, est sorti mondialement le 6 décembre 2010.
 
En novembre 2010, le duo est également confirmé à la bande-son du jeu vidéo Tron: Evolution basé sur le film de science-fiction. Derezzed et The Grid seront ainsi disponibles dans le jeu.
 
Par ailleurs, le duo fait un caméo dans le film, apparaissant dans leurs propres rôles de DJs.
L'album est proposé dans la catégorie « Meilleure bande sonore » pour la 54e cérémonie des Grammy Awards.